La semelle en crêpe – un produit entièrement naturel
Annotation du cookie

SVP. cliquer ici si vous ne les acceptez pas.

La semelle en crêpe

Un produit entièrement naturel

Le confort sous sa forme la plus naturelle. Découvrez tout ce qu’il faut savoir sur cette semelle typique de Sioux.

Les semelles en crêpe naturel sont typiques de Sioux. Nous utilisons ce matériau naturel de haute qualité depuis la création de notre entreprise. Aujourd’hui, les semelles en crêpe sont une véritable spécialité et une rareté. Seuls quelques fabricants proposent encore des chaussures avec des semelles en crêpe. Le traitement de ce matériau est complexe et les semelles ont un coût beaucoup plus élevé par rapport aux matériaux dérivés du pétrole couramment utilisés aujourd’hui (comme l'EVA, le TPU ou le caoutchouc léger). Un véritable savoir technique et beaucoup d’expérience sont nécessaires pour le traitement des semelles en crêpe. Par conséquent, les semelles en crêpe sont aujourd’hui presque exclusivement utilisées dans les produits haut de gamme. Les personnes bien informées sur la mode ne jurent que par les semelles en crêpe. Et c’est compréhensible : la semelle en crêpe confère à la chaussure un look inimitable, naturel et décontracté, qu’il s’agisse d’une bottine Desert, d’une botte pour femme ou du Grashopper, la chaussure culte des années 1960. Une chaussure à semelle en crêpe naturel est indispensable dans toute armoire à chaussures. C’est pourquoi nous fabriquons encore des chaussures à semelle en crêpe naturel véritable, même après plus de 60 ans. Caractéristique typique de Sioux, nos chaussures sont disponibles à des prix raisonnables.

 

Qu’est-ce qu’une semelle en crêpe et d’où provient la matière première ?

Pour toutes nos chaussures dotées d’une semelle en crêpe, nous utilisons 100 % de caoutchouc naturel du plus haut niveau de qualité. Les semelles en caoutchouc naturel ou en crêpe sont nées de l’idée de fabriquer des semelles de façon authentique, comme le faisaient les Amérindiens d’Amérique du Sud à partir de l’hévéa. Pour la fabrication de la semelle en caoutchouc naturel, on utilise encore aujourd’hui presque exclusivement du latex provenant de l’hévéa qui pousse dans les forêts tropicales équatoriales. Le latex est récolté en faisant de petites entailles dans l’écorce depuis lesquelles il s’écoule. Les entailles n’endommagent en aucun cas l’arbre – elles l’aident à prospérer. Chaque arbre produit environ 50 grammes de latex par jour. Pour fabriquer une paire de semelles en crêpe dans une pointure moyenne (par exemple en 42), 25 à 30 entailles sont nécessaires. Le latex récolté sera de nouveau produit par l’arbre. Pour cela, on lui laisse suffisamment de temps pour se régénérer. Une fois la régénération effectuée, le latex de l’arbre est de nouveau récolté. Les botanistes affirment même que la récolte du latex renforce la capacité de résistance de l’arbre. Tout comme les saignées ou les traitements par ventouses, des méthodes de médecine alternative utilisées chez l’homme.

 

Comment une semelle en crêpe est-elle fabriquée ?

Après la récolte, le latex est filtré à la main – un processus similaire à celui de la production fromagère – puis rassemblé dans des grandes cuves. L’ajout d’acide acétique permet de cailler (figer) le liquide, et le produit en résultant est ensuite coupé en blocs maniables. Cette masse de latex caillé contient encore 40 à 50 % d’eau. Elle est ensuite passée à travers deux rouleaux de compactage qui permettent d’extraire l’eau excédentaire et d’obtenir une plaque de crêpe d’environ 1 cm d’épaisseur. Après trois passages supplémentaires en diminuant à chaque fois l'épaisseur, on obtient une feuille de crêpe d’environ 1 mm qui est ensuite suspendue pour sécher et qui rappelle des rideaux fraîchement lavés. Après environ une semaine, toute humidité restante dans les feuilles s’est évaporée. Les feuilles sont devenues légèrement collantes et sont prêtes à être transformées. Les feuilles sont ensuite superposées sans le moindre pli. Pour une semelle de 8 mm d’épaisseur, 12 feuilles sont pressées les unes sur les autres. Enfin, les bandes de crêpe obtenues sont découpées en plaques individuelles dans lesquelles les semelles de différentes pointures seront également découpées.

Les semelles sont fabriquées à la main – pièce par pièce. Vingt processus manuels sont nécessaires jusqu’à ce que les semelles puissent être utilisées pour la fabrication de chaussures. Ce processus suit une longue tradition. Les procédés de fabrication utilisés sont exclusivement mécaniques et thermiques pour une production effectuée sans aucune substance chimique. Seul de l’acide formique (Acidum formicum), un acide biodégradable et existant à l’état naturel, est utilisé durant le processus de solidification.

Quels sont les avantages d’une semelle en crêpe ?

La semelle en crêpe est un produit entièrement naturel dont l’élasticité et la souplesse exceptionnelles offrent un confort inimitable. En outre, cette semelle assure une protection optimale à la partie la plus complexe du pied, le métatarse, en soutenant parfaitement le mouvement naturel de déroulement du pied.

En marchant, les semelles fonctionnent comme une sorte d’amortisseur naturel qui ménage les ligaments et les tendons grâce à des milliers de fines bulles d’air microscopiques. Les autres matériaux utilisés pour fabriquer des semelles ne peuvent simplement pas rivaliser avec une telle combinaison de propriétés exceptionnelles. L’ergonomie d’une semelle se résume non seulement à son pouvoir amortissant, mais aussi à sa reprise élastique. En plus d’amortir, une semelle doit aussi apporter un bon maintien. Si le pied s’enfonce trop dans la semelle, cela endommage la voûte plantaire. Nos représentants commerciaux portent généralement des chaussures à semelle en crêpe quand ils passent de longues journées à des salons car c’est le seul type de semelle qui leur permet de passer 8 à 12 heures debout sans éprouver de fatigue. Sioux utilise des semelles en crêpe depuis les années 1950. Dans les années 1960, tous les Grashopper ont été dotés d’une semelle en crêpe. Le Grashopper est non seulement devenu la chaussure des étudiants des années 1968, il est aussi devenu la chaussure de marche de toute la famille.

La structure de surface de la semelle lui garantit une grande longévité. Le matériau utilisé est à pores ouverts, ce qui veut dire qu’il a – comme la peau d’un gecko – une adhérence exceptionnelle sur les surfaces glissantes. Ces qualités se réunissent dans un produit synonyme à 100 % de durabilité et de naturel.

En outre, les semelles en crêpe sont biodégradables, ce qui n’est pas le cas des semelles en caoutchouc synthétique, TPU et EVA. Les avantages des semelles en crêpe en matière de durabilité ne viennent donc pas seulement de leur provenance, mais aussi du fait que lorsque leur temps est compté, elles retournent dans les « entrailles de la Terre ».

 

La semelle en crêpe a-t-elle aussi des inconvénients ?

Nous ne parlerions pas vraiment d’inconvénients, mais deux caractéristiques de la semelle en crêpe doivent être prises en considération. Tout d’abord, le crêpe naturel est un peu plus lourd que les semelles expansées produites de façon purement chimique (par ex. l'EVA, le TPU ou le caoutchouc léger qui est généralement utilisé pour les sneakers). On peut sentir la différence en prenant les chaussures en main et en les comparant avec d’autres, mais pas en les portant. La chaussure à semelle en crêpe est environ 60 à 80 grammes plus lourde. Ensuite, la poussière environnante a tendance à s’accrocher aux chaussures à semelle en crêpe en raison de sa porosité ouverte. Nous appelons cet effet « la patine ». La semelle révèle les chemins longs et souvent poussiéreux parcourus par la personne qui porte la chaussure. Vous trouverez ici des informations pour savoir comment préserver vos semelles en crêpe des salissures et comment les nettoyer.

 

À quoi faut-il faire attention avec des semelles en crêpe ?

La semelle en crêpe est robuste et très durable. Elle ne nécessite pas d’entretien spécifique. Comme la semelle en cuir, il s’agit cependant d’un produit entièrement naturel qu’il ne faut donc pas exposer à des conditions extrêmes. Pour profiter longtemps de vos semelles, il faut éviter le bitume extrêmement chaud (par ex. dans les régions désertiques) et ne pas mettre les chaussures en contact avec de l’essence ou des solvants similaires car la surface de la semelle pourrait être endommagée. On recommandait autrefois de ne pas porter de chaussures à semelle en crêpe pour aller faire le plein. C’était certainement valable quand il n’y avait pas encore de système automatique d’arrêt au niveau des pompes à essence et que le sol était régulièrement couvert de flaques d’huile ou d’essence. Aujourd'hui, ce genre de choses n’arrive plus dans les stations-service. Les semelles en crêpe sont tout aussi durables que les semelles produites chimiquement ou à partir de produits minéraux. Elles se distinguent cependant par leur souplesse, leur flexibilité, leur naturel et leur durabilité.

 

Comment faire la différence entre le crêpe véritable et le crêpe synthétique ?

On reconnaît le crêpe véritable à son aspect (structure ouverte et froncée), à son toucher (poreux, adhérent) et en particulier à son odeur (un mélange de paille d’avoine et de gomme). Les semelles en crêpe véritable sont uniquement disponibles en deux couleurs : un marron clair ressemblant à du miel et un blanc laiteux légèrement jaunâtre. Si une semelle en crêpe est noire, c’est qu’elle a été teintée. De nombreux fabricants de chaussures utilisent du crêpe synthétique ou des imitations car ces matériaux sont beaucoup moins onéreux et plus faciles à produire. Malheureusement, ces imitations n’ont pas les propriétés exceptionnelles du crêpe naturel. Sioux utilise exclusivement du crêpe naturel.

Pour plus d’informations sur l’entretien de vos semelles en crêpe naturel, cliquez ici.

COMMENT NETTOYER UNE SEMELLE EN CRÊPE NATUREL ?

Les semelles en crêpe naturel assurent la reconstitution de la façon la plus naturelle de marcher ou de se tenir debout. Un inconvénient : il est à pores ouverts et devient donc peu à peu sale avec le temps.

 

step